12 mai 2006

Cinq semaines aux côtés des orphelins du Cambodge

Journaliste à la rédaction ébroïcienne de La Dépêche, je suis rentrée en août 2004 d'une mission humanitaire en Asie.

Pendant cinq semaines, avec  d'autres volontaires, nous avons essayé de panser les plaies à l'âme de dizaines d'orphelins victimes de la guerre au Cambodge.

Retour sur cette aventure humaine inoubliable.

Orphelinat de Pursat, juillet 2004, 5 heures. Le soleil se lève dans la province située dans le nord-ouest du Cambodge, à deux cents kilomètres de Phnom Penh. Dans ce centre géré par l'association Enfants d'Asie-Aspeca, une nouvelle journée commence pour les cent trente jeunes. Après avoir avalé un bol de bouillie de riz (l'aliment de base de la population), Teri et ses camarades s'acquittent de leur première tâche de la journée, le nettoyage de la cour. Un rituel qui fait partie du quotidien au milieu des autres corvées (lessive, coupe de bois, entretien du potager), et auquel personne n'échappe. Au même moment, les plus petits aidés par l'une des grandes filles passent à la douche et s' aspergent avec une casserole de l'eau de pluie tombée pendant la mousson. Un moment de détente ponctué d'éclats de rires. Chronique d'un début de journée ordinaire. Ce sont les vacances pour les jeunes Cambodgiens mais la grasse matinée ne fait pas partie du vocabulaire. Mani, Sophara, Counti, Sam et les autres sont les héritiers de la guerre tragique qui a décimé le pays entre 1975 et 1979 (deux millions de morts et de disparus, soit un tiers de la population). Enfants de bourreaux khmers et de victimes sont aujourd'hui des milliers à cohabiter dans les centaines d'orphelinats du pays gérés par les ONG (Organisations non gouvernementales). Si certains étaient trop jeunes pour comprendre la folie humaine qui a poussé Pol Pot et ses sbires à massacrer des milliers de familles, les plus grands, eux, n'ont rien oublié. De leur histoire, ils ne laissent rien transparaître mais la tristesse dans les yeux de Pani, treize ans, en dit plus long que les discours. En réponse à cette guerre de l'absurde, les orphelins cultivent aujourd'hui la douceur et la solidarité entre eux. Fondée en 1991, l'association Enfants d'Asie-Aspeca (également présente au Laos, au Vietnam et aux Philippines) a ouvert ses portes aux jeunes défavorisés d'Asie du Sud-Est pour les aider à (re) construire leur avenir. Moins connue que Les Enfants du Mékong, la structure n'en est pas moins aussi active avec ses trente centres recensés sur le territoire et ses trois mille enfants parrainés. Un quart d'entre eux n'a plus de parents, 30% sont orphelins de père ou de mère, les autres appartiennent à des familles très pauvres et sont admis en tant qu'externes dans les orphelinats. En s'engageant auprès d'un filleul jusqu'à  son entrée dans la vie active, les parrains français offrent la possibilité à l'enfant de suivre une scolarité et de recevoir des cours. Même si l'école se limite à une demi-matinée ou une après-midi seulement par jour en raison du manque de classes et d'enseignants pour accueillir tous les enfants à plein temps. Achats de fournitures scolaires, de produits d'hygiène, argent de poche sont également octroyés par les directeurs locaux grâce à la contribution des parrains qui, au-delà du simple échange de correspondance tout au long de l'année, font parfois le voyage jusqu'au Cambodge pour venir rendre visite à leur filleul. Une expérience enrichissante qui permet de se frotter à une réalité souvent faussée vue de France. De l'extérieur, le chemin restant à parcourir pour effacer les heures sombres du génocide semble encore long. L'espoir repose sur tous les anciens filleuls devenus, à leur sortie des orphelinats, acteurs du développement (enseignants, médecins, guides, informaticiens...). A travers eux, c'est tout un pays qui commence à  renaître à la vie et qui retrouve son sourire.

> Pour obtenir des renseignements sur le parrainage d'enfants cambodgiens, contacter l'association Enfants d'Asie-Aspeca. 18, rue de la Pierre Levée- 75 011 Paris.  Site internet: www.aspeca.comcarte_du_cambodge

Posté par tazounet à 22:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Cinq semaines aux côtés des orphelins du Cambodge

Nouveau commentaire